Dr Christophe JAILLANT

38, route de Savannah

97460 Saint-Paul

29, avenue Georges Pompidou

97470 Saint-Benoît

contact@jaillant-esthetique.com

Tel: 0262.59.54.18

Fax: 0262.59.33.85

    Contact    

TENDINITE DE DE QUERVAIN

Elle correspond à une inflammation des tendons du pouce responsable de douleurs sur le bord externe du poignet lors de l’utilisation du pouce. Cette inflammation est liée au frottement des tendons du long abducteur et du court extenseur du pouce dans sa coulisse située sur le bord externe du poignet. Elle est responsable de douleurs sur le bord externe du poignet et elle peut y est associée à un syndrome de Wartenberg (fourmillement sur le dos du pouce de l'index)

Cette pathologie touche dans la grande majorité des cas les femmes autour de 40 ans en moyenne (entre 20 et 65 ans). Elle est très souvent liée à des mouvements répétés du poignet et du pouce que ce soit dans le cadre d'une activité sportive ou professionnelle.

SYMPTOMES ET EXAMEN CLINIQUE

Cette pathologie est responsable de douleurs du poignet sur son bord externe augmenté par l’utilisation du pouce. La douleur est reproduite par la palpation du bord externe du poignet en regard des tendons du long abducteur et du court extenseur du pouce. Parfois une tuméfaction est visible sur le bord externe du poignet, liée à l’inflammation des tendons. Les douleurs cèdent lors de la mise au repos du pouce. La manœuvre de Finkelstein signe le diagnostic. Cette pathologie est parfois associée à un syndrome du canal carpien, à des doigts à ressaut.

EXAMEN COMPLEMENTAIRE

Aucun examen complémentaire n’est nécessaire. Le diagnostic est clinique. L’échographie quand elle est présente montre un épanchement dans la coulisse et un épaississement des tendons (ténosynovite des tendons). La radiographie du poignet est normale.

En cas de doute diagnostique, une IRM peut être pratiquée. Elle montre alors un hyper signal (flash blanc) autour des tendons du pouce.

Même si vous consultez un chirurgien l'opération doit être la solution ultime et votre chirurgien priorisera le traitement médical

TRAITEMENT

Il existe une véritable escalade thérapeutique dans la prise en charge :

Le traitement débute par la mise au repos du poignet et du pouce par une attelle de port nocturne ou lors des activités professionnelles. On y associe des antalgiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens en cas de non contre-indication.

Il est important d'effectuer une véritable enquête de l'activité manuelle du patient que ce soit dans le cadre de son travail ou de ses loisirs. Une modification de la gestuelle responsable de cette tendinite sera peut-être afin de soigner définitivement cette tendinite et d'envisager toute récidive. Cela peut se traduire par un changement par exemple dans le port d'un instrument de musique, dans le port d'une raquette de tennis ou dans l'utilisation de la souris de l'ordinateur…

Si cela n’est pas efficace on peut réaliser une infiltration d’hydrocortisone. Le traitement médical est efficace dans 90% des cas.

En cas d’inefficacité du traitement médical après 6 mois, une intervention chirurgicale est envisagée.

 

 

OPERATION

L’intervention consiste à ouvrir la coulisse sur le bord externe du poignet permettant aux tendons du long abducteur et du court extenseur du pouce de coulisser. L’intervention se déroule en ambulatoire (le patient ne dort pas à l’hôpital), sous anesthésie locorégionale (l’anesthésie générale est très rarement effectuée sauf si le patient le souhaite). L’incision mesure 2 - 3 cm sur le bord externe du poignet.

Il s'agit d'une intervention très simple, rapide (15 mn) réalisée en ambulatoire. Elle nécessite une dissection soigneuse de la zone a opéré en prenant soin de repérer et d'isoler les branches sensitives du nerf radial afin d'éviter toutes complications. Cette dissection soigneuse "microchirurgicale" doit permettre d'éviter de blesser les branches sensitives nerveuses qui cheminent de part et d'autre de cette coulisse

 

SUITES POST-OPERATOIRES

1°) Le patient sort de la clinique quelques heures après l'opération avec un pansement à changer tous les 3 – 4 jours pendant 12 jours, date à laquelle les fils sont enlevés (temps de cicatrisation de la peau). Les douleurs dues à la tendinite cèdent très rapidement. Une guérison complète est rapidement obtenue.

2°) Le port de la main en écharpe est nécessaire pendant quelques jours, période pendant laquelle il est nécessaire d'avoir longtemps la main plus haut que le coude

3°) La rééducation doit commencer le jour même de l'opération : le patient doit bouger lui-même ses doigts et son poignet dès que possible et il doit réintégrer sa main dans les gestes de la vie quotidienne.

4°) Le port d'une attelle est interdit. Elle peut compliquer les suites opératoires !

 

 

COMPLICATIONS

Les complications sont très rares. Le bénéfice de cette intervention est souvent très important.

La récupération d'une mobilité complète et indolore est rapide, sans rééducation le plus souvent.

Comme dans tout geste de chirurgie, il existe toujours des risques d'infection, d'hématome mais ces risques sont rares aujourd'hui. Lorsqu'ils surviennent, il ne doit pas avoir d'incidence sur la qualité du résultat obtenu par la chirurgie lorsque la prise en charge du chirurgien et du patient est adaptée.

Le risque de lésion des branches sensitives du nerf radial est rarissime si on effectue cette opération sous anesthésie locorégionale. Il est à mon sens déconseiller d'effectuer cette opération sous anesthésie locale