HYPERTROPHIE MAMMAIRE

Déroulement de l’opération

La durée de l’intervention varie de 45 mn à 1h30, en fonction de la technique chirurgicale, du mode d’incision choisi et du site d’emplacement des implants mammaires et de la nécessiter d’un traitement complémentaire associé (correction de ptose). L’intervention est réalisée le plus souvent sous anesthésie générale. La durée de l’hospitalisation diffère selon l’importance de l’intervention : l’opération peut être réalisée en ambulatoire (entrée et sortie le jour même de l’intervention) ou peut nécessiter une hospitalisation de 24h.
Afin d’éviter tout risque d’infection autour de la prothèse, une antibiothérapie est prescrite durant l’intervention.
À l’issue de l’opération d’augmentation des seins, le chirurgien place un pansement modelant sur la poitrine. Ce pansement est ôté dès le lendemain pour être remplacé par le soutien-gorge (médical ou de sport sans armature). Le retour à domicile se fait généralement le jour même où le lendemain.

 

 

Les suites opératoires

Après l’augmentation mammaire, des antalgiques vous sont administrés pour calmer les éventuelles douleurs post-opératoires. Les douleurs seront moindres si la prothèse est placée en avant du muscle.

Quelques nausées peuvent être ressenties ce qui peut nécessiter la prescription d’un anti nauséeux.

Le pansement est retiré dès le lendemain. Le chirurgien prescrit le port d’un soutien-gorge de contention adapté pendant un mois. Celui-ci limitera les ecchymoses et les œdèmes consécutifs à l’intervention. Aucun fils ne devra être retirés (fils résorbables).

Dès le lendemain de l’intervention, des activités légères telles qu'une marche douce sont conseillées afin d’éviter tout risque de phlébite.
La reprise du travail s’effectue la plupart du temps sous 5 à 8 jours, en fonction de l’activité professionnelle. Les activités sportives intensives peuvent être reprises sous 4 à 6 semaines. Le résultat est visible immédiatement, et sera optimum au bout de 2 à 3 mois, une fois l’œdème résorbé.

Le soleil ou les UV sont à éviter les six mois suivant l’intervention sur les cicatrices, car l’exposition pourrait entrainer une trouble de la coloration de celles-ci (dyschromie).

Un suivi clinique et radiographique annuel doit être observé par la patiente

Une trop forte poitrine (hypertrophie mammaire) peut occasionner de réelles gênes dans les mouvements, les choix vestimentaires, la pratique d’un sport, mais également dans le regard des autres et dans celui que l’on peut avoir de soi. De plus, au fil du temps, en raison du vieillissement de la peau mais aussi de l’effet de la gravité, la poitrine peut s’affaisser (ptose mammaire) et devenir difficilement acceptable, sans compter les nombreuses douleurs dans le dos.

Avant que le temps n’œuvre en défaveur de cette poitrine, ou tout simplement parce qu’elle ne permet pas un plein épanouissement en raison de la disgrâce de la silhouette et des différentes gênes qu’elle provoque, la réduction mammaire est très souvent envisagée.

Cette chirurgie esthétique de diminution mammaire permettra de retrouver une plastique en harmonie avec le reste du corps, favorisant ainsi efficacement la réappropriation de l’image de cette poitrine parfois si longtemps rejetée.

La préparation de l’opération de la plastie mammaire

La première consultation avec votre chirurgien plasticien permet d’établir au mieux vos besoins en terme de volume souhaité. Le chirurgien explique les recommandations pré et post-opératoires et toutes les modalités de l’opération de votre plastie mammaire.

Il doit s’entretenir avec vous pour connaître vos antécédents chirurgicaux et médicaux, vos différents traitements médicaux habituels, la présence d’allergie, et s’il y a une prise de tabac.

Un examen médical analyse ensuite la zone à traiter : le volume de votre poitrine, le type de glande mammaire ainsi que l’épaisseur et la largeur de votre buste pour évaluer le volume le mieux adapté à votre silhouette et en accord avec vos souhaits (pratique du sport, douleurs éventuelles au niveau du dos, grossesses encore souhaitées…), appréciation du volume à diminuer pour une prise en charge par la sécurité sociale.

plastie mammaire de réduction

Le chirurgien plastique doit vous apporter les informations les plus complètes possibles, évoquer la durée de l’hospitalisation, la position et l’’évolution des cicatrices, le type d’anesthésie, les suites opératoires et les complications possibles. Le chirurgien doit vous remettre à la fin de la consultation, un devis détaillé (voir les prix d’une réduction mammaire) et un formulaire de consentement éclairé. Enfin, des photographies sont ensuite réalisées.

Il est souhaitable de consulter votre chirurgien plasticien 1 à 2 fois avant l’opération des seins. Une consultation avec l’anesthésiste de la clinique dans laquelle vous serez opérée est obligatoire au moins 48h avant l’intervention. Une mammographie est systématique chez les femmes de plus de 35 ans.

 

 

L’opération de la réduction mammaire proprement dite

L’opération dure 1h30 à 2h, sous anesthésie générale. L’hospitalisation est de 1 à 2 jours selon les cas. A la fin de l’intervention, vous porterez un pansement adapté à la forme de vos nouveaux seins et qui sera retiré sous 24-48h.

Le principe de l’opération de la réduction mammaire est d’éliminer les excès de glande, de tissus graisseux et les excès de peau du sein hypertrophié. Une réduction mammaire s’accompagne toujours d’une correction de ptôse (une remontée des seins). Effectivement, une fois l’excédent de glande mammaire retiré, un remodelage des seins est nécessaire : la glande mammaire restante est ascensionnée, concentrée, et l’enveloppe cutanée est ajustée en ôtant la peau en excès. Le mamelon est également remonté pour être repositionné à son emplacement naturel.

La diminution mammaire est donc associée à une plastie mammaire. Les cicatrices d’incisions sont pratiquées afin de traiter le surplus cutané (avec l’excès glandulaire) aussi bien dans un axe vertical qu’horizontal pour diminuer la largeur du sein et son affaissement. Leur longueur et leur disposition dépendent de l’importance de l’hypertrophie et de la ptôse à traiter.

Les incisions sont toujours dissimulées dans la « cicatrice physiologique » du pourtour de l’aréole.  Elles sont la plupart du temps situées également verticalement en dessous et, parfois, dans le sillon sous mammaire (lorsque ptôse et hypertrophie à corriger sont importantes).

Reduction mammaire à cicatrice en T inversé

Cette opération permet souvent de traiter les asymétries mammaires fréquentes et d’ harmoniser la poitrine avec la silhouette.

Quel que soit la taille initiale du bonnet (bonnet D, bonnet E ou bonnet F), la plastie mammaire, en plus d’une remontée de la poitrine, permet une diminution d’une à deux tailles de bonnet, voire davantage selon les souhaits.

Les suites de la chirurgie

Un soutien-gorge de contention remplace le pansement modelant. Il est nécessaire de le porter environ 2 à 3 semaines. Les fils se résorbent tout seul. Il faudra compter une à 3 semaines d’arrêt de travail en fonction de la profession.

Réduction mammaire avec correction d’asymétrie mammaire

La reprise des activités sportives ne peut être envisagée qu’au minimum 4 semaines après l’opération. Les résultats sont notables et immédiats, mais il faudra toutefois encore attendre quelques mois pour apprécier le galbe définitif de votre nouvelle poitrine.

Dr Christophe JAILLANT

38, route de Savannah

97460 Saint-Paul

29, avenue Georges Pompidou

97470 Saint-Benoît

contact@jaillant-esthetique.com

Tel: 0262.59.54.18

Fax: 0262.59.33.85

    Contact