Dr Christophe JAILLANT

38, route de Savannah

97460 Saint-Paul

29, avenue Georges Pompidou

97470 Saint-Benoît

contact@jaillant-esthetique.com

Tel: 0262.59.54.18

Fax: 0262.59.33.85

    Contact    

SYNDROME DU CANAL CARPIEN

Le syndrome du canal carpien est une pathologie extrêmement fréquente (5 pour 1000 habitants aux Etats-Unis) qui correspond à la compression du nerf médian au  canal carpien. Le canal carpien correspond à une région anatomique située dans la paume de la main entre les os du carpe et le ligament annulaire antérieure du carpe. Ce canal contient neuf tendons fléchisseurs et le nerf médian.

 

Le syndrome du canal carpien apparaît quand le tissu synovial entourant les tendons s’épaissit. Il prend alors plus de place dans le canal et le nerf médian se trouve comprimé. Dans la majorité des cas, aucune cause à cette compression n’est retrouvée. Plus rarement, il peut s’agir d’une compression liée à un traumatisme, à une cause endocrinienne (grossesse, pathologie thyroïdienne, diabète …), à une cause rhumatismale (polyarthrite rhumatoÏde, amylose). Dans certains cas, ce syndrome peut être reconnu en maladie professionnelle liée à des mouvements répétés de flexion-extension.

SYMPTOMES ET EXAMEN CLINIQUE

 

                                                                 Compression Canal Carpien

Le syndrome du canal carpien touche 3 femmes pour 1 homme. L’âge moyen est de 50 ans.

Le tableau clinique est dominé par l’existence de paresthésies (fourmillements, picotements, engourdissement, décharges électriques, sensation de doigts morts) dans le pouce, l’index et le majeur à prédominance nocturne ou matinale. Habituellement la patiente se réveille et secoue sa main pour faire disparaître les symptômes. Peuvent s’y associer des douleurs de la main irradiant dans l’avant-bras, au coude ou à l’épaule. Dans les cas un peu plus évolués, certains patients se plaignent de maladresse (lâchages d’objets), de difficultés à ouvrir les bouchons de bouteilles ou les portes correspondant à une diminution de la sensibilité des doigts et de la force.  La symptomatologie peut être majorée par une activité manuelle inhabituelle durant la journée.

Le syndrome apparait parfois pendant une grossesse et disparait 1 fois sur 2 après l’accouchement.

Le syndrome du canal carpien est fréquemment associé à un doigt à ressaut.

EXAMENS COMPLEMENTAIRES

L’électromyogramme est l’examen de choix pour confirmer le diagnostic et évaluer la gravité de la compression. Cet examen recherche une diminution de la conduction nerveuse sensitive ou motrice du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien. Il permet également d’éliminer une compression du nerf au niveau du cou ou une compression d’un autre nerf du bras. Une radiographie de la main peut parfois être demandée pour des douleurs de la base du pouce en rapport avec unerhizarthrose (arthrose de la base du pouce).

TRAITEMENT

Le traitement est médical ou chirurgical. Il dépend de la gravité de l’atteinte clinique et de l’électromyogramme.

Le traitement médical consiste en la mise au repos du poignet par une attelle nocturne associée à un traitement antalgique en cas de douleurs. Il est possible, en cas d’atteinte débutante, de faire une infiltration d’hydrocortisone dans le canal carpien ce qui a pour effet de soulager les symptômes ou de patienter quelques semaines ou quelques mois un acte chirurgicale.

Le traitement chirurgical guérit le syndrome du canal carpien. Il consiste en l’ouverture du canal en sectionnant le ligament annulaire antérieur du carpe et donc en diminuant la pression à l’intérieur du canal. L’intervention se déroule en ambulatoire (le patient ne dort pas à l’hôpital), sous anesthésie locale ou locorégionale (l’anesthésie générale est pratiquée uniquement en cas de contre-indication à l’anesthésie locale ou si le patient le souhaite).

L’intervention peut se réaliser de manière classique à ciel ouvert par une courte incision dans la paume de la main (environ 2 cm) ou par voie endoscopique (à l’aide d’une caméra)  par une incision de 1 cm au niveau du poignet. A moyen et long terme (6 mois), il n’y a pas de différence significative entre les deux techniques. Probablement qu’à court terme, la récupération de la fonction de la main est plus rapide avec la technique endoscopique.

En cas de grossesse, on peut réaliser une infiltration pour soulager la patiente. Les symptômes disparaissent spontanément 1 fois sur 2 après la grossesse.

SUITES POST-OPERATOIRES

Les fourmillements et les douleurs liées au syndrome disparaissent dans la majorité des cas le soir même de l’intervention. La sensibilité de la pulpe des doigts est recouvrée après 2 mois environ en fonction de la gravité de l’atteinte. La force est récupérée aux alentours du 3ème mois. Il persiste fréquemment pendant les premières semaines une douleur puis une gêne dans la paume de la main qui disparait complètement à partir du 3ème mois. Le patient sort de la clinique avec un gros pansement au niveau de la main pour 4 à 5 jours environ. Il n’y a pas de pansement à faire.  Il peut utiliser sa main sans forcer très rapidement (7ème jour) et reprendre une activité professionnelle manuelle après 2 à 3 semaines.

COMPLICATIONS

Le taux de complication est extrêmement faible (moins de 1%). Il peut s’agir de section nerveuse ou tendineuse ou de douleurs résiduelles dans le cadre d’une algodystrophie.

LA CHIRURGIE ENDOSCOPIQUE DU CANAL CARPIEN

C’est la technique chirurgicale la plus récente permettant d’ouvrir le ligament à l’aide d’une caméra et d‘instruments spécifique. La cicatrice est plus petite et est située au niveau du poignet. L’intérêt de cette technique réside dans le fait que le confort post-opératoire est amélioré. En effet les douleurs dans la paume de la main sont moins importantes. La gêne occasionnée par l’intervention est donc de plus courte durée comparée à la chirurgie classique à ciel ouvert.